vendredi 13 février 2015

Je suis un chat

C'est une collègue japonaise qui m'a fait noter ce titre il y a déjà plusieurs années, m'annonçant un superbe classique japonais. Je ne demandais qu'à m'enthousiasmer pour ce texte de Sôseki Natsume, d'autant plus que ça faisait un bail que je n'avais pas lu d'auteur japonais, mais j'en sors plutôt déçue. 

chaton mignon
Notre narrateur est un jeune chat. Séparé des siens, il entre par hasard chez le professeur Kushami qui l'adopte. Ce professeur de littérature anglaise est objet de curiosité et d'intérêt pour ce chat qui s'étonne de ce qu'est et de ce que fait un humain. Las, Kushami ne fait pas grand chose à part recevoir ses étudiants et papoter avec eux. Parmi ses fidèles, il y a Meitei, toujours prêt à faire des blagues, Kangetsu, doctorant amoureux de la voisine de Kushami, mais aussi son médecin (Kushami a toujours des problèmes de digestion) et quelques autres. Tout ce petit monde se prend très au sérieux. Mais a quelques soucis, notamment avec la position sociale, se croyant au dessus de tout le monde, ou avec l'argent, qui ne rentre pas...

D'autres humains sont présents, la famille de Kushami (sa femme et ses trois filles), sa bonne, les gamins du collège voisin, etc. Et quelques autres chats apparaissent au début du roman. Mais notre chat sans nom se trouve bien vite supérieur à ses congénères qu'il ne daigne même plus visiter ensuite. 

Notre petit chat, très pédant, observe ces humains. Son ton détaché souligne la bêtise des hommes et rend ce roman très ironique. Et il est intéressant de découvrir les questions qui secouent le Japon (ou ses intellectuels) au début du XXe siècle, alors que le pays s'ouvre à l'occident. Malheureusement, j'ai trouvé cette satire vite répétitive et lassante ; la deuxième partie m'a semblé traîner en longueur, ressassant les mêmes sujets et les mêmes ressorts, tout en enfermant de plus en plus les hommes dans la caricature. 

Dans le même genre, je vous conseille plutôt Les lettres persanes ou Zadig


12 commentaires:

  1. Un autre chat qui parle, c'est dans La divine Chanson Abderahmane A Waberi, mais il raconte la vie du musicien Gil Scott-Heron

    RépondreSupprimer
  2. Je me suis lassée moi aussi et l'ai abandonné...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dommage parce que le début est plutôt sympa

      Supprimer
  3. Dommage pour les longueurs, le point de départ était original.

    RépondreSupprimer
  4. Dans le style graphique, il y a "Chi, une vie de chat". Sur la photo, c'est le tien ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui est effectivement trop mimi ! Non, c'est le chaton d'une amie (et il est mort, hélas)

      Supprimer
  5. Je ricane parce que perso, je trouve quasi tous les romans japonais que j'ouvre ennuyeux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hehe, je te reconnais bien là ;) Mais ils ne le sont pas tous : Mishima, c'est trop bien. As-tu déjà lu cet auteur ?

      Supprimer
  6. Ah dommage que ce livre je t'ai plu pas. Je l'ai fait rentrer dans ma PAL il y a quelques temps car il m'a été conseillé par plusieurs personne. Je ne savais pas trop ce qui m'attendait maintenant je sais. Merci.

    RépondreSupprimer

Pour laisser un petit mot, donner votre avis et poser des questions, c'est ici !